Tous les articles par Webmestre

« Grégory Garestier bafoue volontairement la loi française en matière d’affichage » par l’association RAP

Communiqué de l’association Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP)

Maurepas – 29 août 2018 – L’association Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P) met en lumière l’inaction du Maire de Maurepas concernant le respect du Code de l’environnement en matière d’affichage.
En France, lorsqu’un règlement local de publicité (RLP) existe, c’est au maire – et non au préfet – que revient le pouvoir de police en matière d’affichage. Le représentant de la commune, assisté de ses services (urbanisme, juridique et cadre de vie) doit veiller à ce que l’affichage sauvage n’envahisse pas nos territoires.

Bus à Maurepas: nous avions raison

La Municipalité de Maurepas communique enfin sur le redéploiement du réseau sqybus sur notre commune à travers le journal municipal.

L’information est parcellaire mais confirme toutes les craintes exprimées par Maurepas pour tous. Nous sommes dubitatifs sur l’affirmation de la fin de l’article. Le nouveau réseau a été approuvé et le nouveau tracé du 36 12 entériné sans que les élus de la majorité ne se soient mobilisés. Il est trop tard désormais.

Rappelons que nous avons alerté le maire de Maurepas dès mars 2016, au moment des études sur les nouveaux tracés. C’était le moment pour agir. Mais nous n’avons eu aucune réponse.

Les Maurepasien-nes n’ont pas fini de découvrir de mauvaises surprises. Quand le tracé en site propre de la ligne 401 rebaptisée C sera prêt, le 401 ne passera plus Boulevard Miserey et Boulevard de la Loire. Après la fin du 416, ça va faire beaucoup pour de nombreux habitant-es.

Retrouvez toutes les informations ici: http://www.maurepaspourtous.fr/les-transports-en-commun-a-maurepas/

« Générations » : une génération contre une autre

La majorité municipale a annoncé un certain nombre de décisions d’aménagement pour la commune. Cet ensemble a été appelé « projet Générations » :

http://www.maurepas.fr/index.php/Accueil/accueil?idpage=890&idmetacontenu=14391

Il s’agit de trois décisions qui ont un point commun : pénaliser les familles avec enfants en bas âge au profit des personnes âgées. On ferme une école, on déplace une crèche à la périphérie de la ville et on construit en centre-ville une résidence privée pour personnes âgées.

En plus de faire des choix en faveur de certains habitants contre d’autres, ces projets posent d’autres problèmes.

Un problème démocratique : l’école maternelle de la Villeparc va fermer. Les enfants seront scolarisé-es à l’école Jean de la Fontaine d’Élancourt. Les familles vont se retrouver dépendantes de la mairie d’Élancourt pour la cantine, le périscolaire alors qu’elles n’ont aucune prise sur les décisions de la municipalité d’Élancourt, n’étant pas électeurs et électrices de cette commune.

Un problème écologique : puisque de nombreuses familles se concentrent dans les immeubles autour du centre-ville, l’implantation de la crèche des Hauts bouleaux au Bois de Nogent permettait à beaucoup de familles de déposer et de venir chercher leurs enfants à pieds. Désormais, son implantation à la Villeparc va contraindre toutes les familles à prendre leur voiture, ce qui est un non-sens écologique. Bon courage pour stationner sur le parking du centre commercial des Coudrays déjà saturé…

Un problème économique : après avoir vendu l’école maternelle de l’Agiot à un promoteur, le terrain de la crèche des Hauts bouleaux situé en bordure de Bois de Nogent va être vendu à un groupe privé pour y construire une résidence pour personnes âgées. C’est le patrimoine public qu’on dilapide.

Après la mise en place d’un Conseil des Aînés (et pas d’un conseil des jeunes) la majorité municipale semble vouloir systématiquement favoriser les habitant-es retraité-es de la ville, délaissant les autres. A quand un Maurepas pour tous ?